Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

Confidences d'une ex-anorexique

Confidences d'une ex-anorexique

Je siège depuis peu sur le comité des Jeunes Ambassadeurs d'ANEB (Anorexie et Boulimie Québec) et j'adore ça! Je suis entouré d'une équipe merveilleuse constituée de jeunes professionnelles - eh oui, je suis le seul gars du comité! Pendant une réunion, l'une d'entre elles a prononcé une phrase qui m'a immédiatement interpelé. C'était une remarque dite par l'un de ses proches à l'égard de l'anorexie. À la fin de notre rencontre, je lui ai demandé gentiment si elle voulait me partager ses confidences et répondre à quelques-unes de mes questions pendant un petit 5 minutes - qui s'est rapidement transformé en un entretien de plus d'une heure tellement le sujet était intéressant.  

Tout d'abord, voici la phrase en question : 

"Est-ce que tu coupes tes gommes en deux pour sauver des calories"

Incroyable, hein? Je ne l'avais jamais entendue auparavant. Et ce n'était pas la seule... Rapidement, elle a pu me sortir plus d'une dizaine de phrases qu'elle entendait souvent quand les gens apprenaient qu'elle souffrait d'anorexie. J'ai longuement hésité avant de les partager, dans le sens où je ne veux pas être source d'inspiration pour des personnes mal intentionnées qui les utiliseraient à mauvais escient, mais j'ai décidé de le faire plutôt dans le but de montrer que ces phrases/questions - parfois banales - peuvent avoir un réel impact négatif chez la personne atteinte d'anorexie. 

"Est-ce que tu laisses tes fenêtres ouvertes la nuit pour grelotter afin de brûler plus d'énergie?"  
"Ah! Moi aussi, j'aimerais ça être anorexique, mais j'aime vraiment trop manger..."
"Donc, toi, dans le miroir, tu te voyais comme si tu pesais 300 livres?" 
"As-tu pensé à t'acheter un miroir qui déforme? Ça va peut-être régler ton problème..."
"Viens chez nous, je cuisine bien! Tu vas voir, tu vas manger!"
"Y'a plein de gens en Afrique qui meurt de faim. Tu ne te sens pas mal de ne pas manger?"
"Toutes les anorexiques sont végétariennes" 

Ici, faire croire au végétarisme est utilisé pour camoufler l'anorexie et ainsi réduire ses apports alimentaires dans des situations sociales. C'est une technique fréquemment utilisée m'avoue-t-elle. 

"Je ne peux pas croire que tu ne manges pas de chips, gâteaux, de chocolat, etc."
"T'es tellement mince... Tu vas partir au vent!"
"I like girl with little tight ass!" 

Oui, oui, vous avez bien lu. Et elle me fait un geste avec ses mains, pouces collés et petits doigts pointés... Les hanches de la fille doivent avoir ces dimensions. IN-CRO-YA-BLE.

"Ayoye, je ne comprends pas comment ton ventre peut rentrer par en-dedans"
 

Au magasin, mon amie demande à une vendeuse :  "Je vais prendre ton plus petit size - double 00"

La vendeuse répond : "Tu peux pas être aussi maigre que ça...!"

 
"J'ai peur pour ton intelligence. Un cerveau, ça se nourrit"
 
"Tu peux pas vraiment guérir, non?" 

Chacun a sa définition de ce qu'est guérir ou s'en sortir. Mon amie a désormais une relation saine avec la nourriture. Par contre, elle sait pertinemment que sa relation sera toujours différente.

Elle m'explique qu'elle a toujours aimé manger, mais avait peur. Au cours de son processus de guérison, elle a réalisé qu'elle n'avait pas mangé de frites pendant 8 ans. Son rêve était donc d'aller prendre une pizza/frites accompagnés d'une bière avec ses amies à Montréal. Il y a eu cette première fois où elle a commandé une pizza entière et a pensé "OMG, je suis en train de manger un pizza..." sans l'apprécier vraiment. Avec le temps, 2-3 ans plus tard, elle a recommencé à manger du fast-food sans que cette consommation d'aliments soit une source d'anxiété pour elle. Elle connaît maintenant la différence entre vouloir être en santé et se dire "Je ne veux pas prendre de poids. Si je mange une frite, je vais prendre du poids". 

Maintenant guérie, j'ai cherché à savoir s'il y avait des principes qui lui sont restés de son passé d'anorexique. Sa réponse est instantanée : elle veut toujours accompagner ses repas de légumes, même s'il s'agit de junk food. Elle dit manger toujours à sa faim, mais n'est pas encore rendue à outrepasser ses signaux. Elle ne sur-consommera jamais et à l'inverse, elle ne sous-consommera pas non plus. Il n'y a donc pas d'abus ni d'excès, même pendant les voyages et les déplacements. Par contre, son petit péché mignon est de manger un petit bol de crème glacée Häagen Dazs tous les soirs. 

Et pour finir en beauté, la plus belle chose qu'on lui a dit provient de son père qui, après 4 à 5 ans de multiples tentatives et d'échecs, lui a lancé : 

"Tu as perdu toutes les batailles, mais tant que tu n'es pas morte, tu peux juste gagner la guerre". 

Elle s'est accrochée à cette phrase. Je pouvais le voir dans ses yeux. Devant moi se trouvait donc une jolie demoiselle, resplendissante de santé et qui a repris sa vie en main. Elle a gagné près de 40 livres par rapport à son poids au temps où la maladie frappait. Elle s'entraîne et se sent bien : c'est comme de la méditation pour elle. Maintenant, les commentaires sont "T'es belle, mais là c't'assez" en faisant référence à sa musculature. Comme quoi il y aura toujours des commentaires à l'égard du poids...

Pour obtenir de l'aide, n'hésitez pas à communiquer avec ANEB au 514-630-0907 (Montréal et les environs) ou au 1 800 630-0907.

Vers un nouveau Guide alimentaire canadien

Vers un nouveau Guide alimentaire canadien

Des citrouilles turquoises à l’Halloween?

Des citrouilles turquoises à l’Halloween?