Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

À Montréal, on récupère nos restes!

À Montréal, on récupère nos restes!

Le chef Martin Picard apparaît ailleurs que dans son typique décor de cabane à sucre pour nous parler de recyclage et de compostage! C'est dans une cuisine toute blanche qu'il déclare « Les amis sont partis. Qu'est-ce qui reste? Ça. Qu'est-ce qui reste à faire? Ça! », en référence à un geste hyper simple : rassembler les résidus alimentaires au même endroit, soit dans un petit bac prévu à cet effet. 

Le chef est porte-parole de la campagne de collecte des résidus alimentaires. Il déclare d'emblée être conscient de l'impact environnemental qu'ont ces petits gestes au quotidien.

« C’est simple, quand on a bien mangé, on doit bien jeter. Si j’ai accepté d’appuyer les efforts déployés par la Ville de Montréal pour la collecte des résidus alimentaires, c’est parce je composte moi-même les restes de table et que je crois aux bénéfices qui en découlent pour l’environnement. C’est certain que cela demande un effort plus élevé de la part des citoyens, mais c’est une habitude facile à prendre. De plus, cela apporte un réal plaisir de bien faire les choses! Il suffit de jeter les restes dans le bon bac! »

En 2015, rappelons que le service était offert à quelque 187 000 foyers dans 8 arrondissements, soit environ 35 % des portes visées par la stratégie d’implantation de la collecte pour les immeubles de 8 logements et moins. Au cours de l’année 2016, la Ville de Montréal a étendu ce service à l’ensemble des 19 arrondissements pour atteindre 322 000 foyers. Ainsi, 60 % des foyers visés pouvaient disposer de leurs résidus alimentaires en sachant qu’ils allaient être valorisés. À ce jour, 344 000 portes sont desservies, ce qui représente 64 % des foyers montréalais. Ce pourcentage passera à 78 % d’ici la fin de l’année avec 418 000 portes desservies et à 100 % en 2019 pour un total de 537 000 portes.

De 2015 à 2016, pour les matières organiques (alimentaires et verts), nous sommes passés de 18 176 tonnes à 29 215 tonnes de résidus collectés et compostés.
— Denis Coderre, maire de Montréal

Le chef Martin Picard a enregistré trois capsules vidéo qui mettent l’accent sur la simplicité du geste avec une touche d’humour. Voici donc la deuxième d'entre elles : 

Le saviez-vous? 

Dans son Plan d'action 2011-2015 - Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, le gouvernement du Québec souhaitait allier économie et environnement tout en visant un taux de récupération des matières organiques de l'ordre de 60%. 

Prendre exemple sur l'Allemagne

L’approche allemande représente un bel exemple de la contribution des politiques environnementales à l’économie d’un pays. L’allemagne, avec ses 82 millions d’habitants, présente la meilleure performance de l’Europe au chapitre de la gestion des matières résiduelles. En effet, 64 % des matières résiduelles municipales générées annuellement y sont compostées ou recyclées. Aussi, c'est plus de 250 000 personnes qui travaillent aujourd’hui dans ce secteur d’activité, dont l’apport à l’économie allemande est de plus de 80 milliards de dollars canadiens par année. 

Quant à elle, la Ville de Montréal adhère également depuis deux ans au National Zero Waste Council (NZWC), une organisation canadienne regroupant des particuliers, des organismes gouvernementaux, des entreprises, des industries et le secteur communautaire qui prônent l’atteinte de l’objectif « zéro déchet ». Avec d'aussi belles initiatives, peut-être que l'objectif sera plus facilement atteignable.

Pour avoir plus d'information sur la campagne, visitez le bienjeter.com ou leur page Facebook juste ici


Vous aimerez aussi : 

Mon garde-manger boréal! ❄️🍁

Mon garde-manger boréal! ❄️🍁

Plantez vos noyaux!

Plantez vos noyaux!