Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

Santé et fromage : vont-ils de pair?

Santé et fromage : vont-ils de pair?

De la visite improvisée lors du temps des fêtes? Des copains arrivent à l’heure de l’apéro? Pas de panique, on sort le plateau de fromages et hop, le tour est joué. Les fromages sont appréciés de tous et, en raison de leurs teneurs élevées en protéines, permettent de boucher un coin souvent en attendant le repas principal! Or, ils sont parfois très riches en gras… Mais devrait-on s’inquiéter? Certainement pas.

La consommation de fromage est plutôt commune au pays, du déjeuner au dîner, en passant par le souper et les collations. Il est facile de glisser une ficelle de fromage dans la boîte à lunch des enfants ou encore apporter avec soi un morceau de cheddar fort pour accompagner un fruit frais en guise de collation. Le fromage est un passe-partout. On le sert également dans les événements mondains, les 5 à 7, les vins et fromages et dans les restaurants gastronomiques. Certains préfèreront même offrir un plateau de fromage à leurs invités à la place du traditionnel dessert.

On ne peut le nier, le fromage est un aliment dense en énergie, dû à son contenu élevé en en matières grasses. De plus, le fromage contient généralement des quantités appréciables de sodium. Globalement, il ne s’agit pas d’un aliment aussi « santé » qu’on pourrait le croire. En effet, la présence de gras saturés pourrait augmenter les niveaux de cholestérol-LDL ou plus communément appelés « mauvais » cholestérol. Cependant, les plus récentes recherches en nutrition ne semblent pas aussi unanimes que par le passé sur l’impact négatif des gras saturés sur la santé cardiovasculaire, dont ceux qui proviendraient des produits laitiers. 

Consommation de vin et de fromages : Le paradoxe Français

Selon de récentes études, le vin aurait un effet bénéfique pour la santé cardiovasculaire s’il est consommé modérément chaque jour. Cet effet a été mis de l’avant par les Français, grands consommateurs de vins, qui sont peu touchés par les diverses maladies cardiovasculaires malgré une alimentation assez riche en graisses saturées. Le terme « paradoxe français » est alors utilisé pour justifier le tout. Qu’est-ce qu’un paradoxe? Il s’agit d’une proposition qui contient ou semble contenir une contradiction logique qui, bien que sans faille apparente, aboutit à une absurdité. En effet, il est assez absurde de penser aujourd’hui qu’une alimentation riche en gras saturés ne nous prédisposerait pas à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires! C’est pourquoi les Français ont retenu l’attention du monde scientifique pour découvrir ce qui se cachait derrière leur santé apparente. La consommation de vin est peut-être la clef!

Selon une nouvelle étude parue dans The American Journal of Clinical Nutrition, il semblerait que les gras du fromage et du beurre ont des effets similaires sur le cholestérol-HDL (bon cholestérol), mais différents sur le cholestérol-LDL (mauvais cholestérol). De plus, l'élévation du cholestérol-LDL par le beurre, comparé au fromage, serait plus marquée chez les individus qui avaient dès lors des niveaux élevés de cholestérol-LDL. Les chercheurs ont aussi trouvé que les gras présents en grande majorité dans le fromage n'auraient pas d'effets sur les marqueurs de risques non lipidiques, tels que la tension artérielle, l’inflammation et la glycémie [1]. Une autre étude a aussi été réalisé afin d’examiner l’effet de la consommation de fromage sur les lipides sanguins. Comparativement au beurre, la consommation de fromage aurait réduit le cholestérol LDL-C et le HDL-C des participants, mais n'aurait eu aucun effet sur leurs triglycérides [2].

Le saviez-vous? Le Canadien moyen consomme
environ 10 kilogrammes de fromage annuellement.
— Hubert Cormier, nutritionniste

Voir le fromage dans son ensemble

L’interaction entre les nutriments au sein d’un même aliment est si complexe qu’il est difficile d’isoler leur effet individuel. En effet, cette découverte soutient l'importance de considérer les aliments en entier lorsque vient le temps d'examiner les effets de l'alimentation sur la santé. Dans le cas du fromage, c’est sa « matrice » alimentaire qui le rend si attrayant.

Saviez-vous qu’il existe 8 familles de fromage qui sont classifiées selon la texture de la pâte. Les voici :

  • frais ou blancs
  • à pâtes molles et à croûte fleurie
  • à pâtes molles et à croûte lavée
  • à pâtes pressées non cuites
  • à pâtes persillées
  • à pâtes pressées cuites
  • de chèvre
  • dits fondus

Fromages et santé

D’un point de vue strictement axé sur la santé, les fromages les plus intéressants sont incontestablement les fromages frais : fromage blanc 0%, Quark et ricotta, en raison de leur faible densité énergétique et de leur apport significatif en protéines lorsqu’ils sont intégrés à une recette. Les amateurs de lasagne pourront en ajouter entre deux rangées de pâtes en combinaison avec des épinards. Un régal assuré. Ensuite, vient le parmesan avec ses 18 grammes de protéines par portion de 50 grammes. Pour les fromages à pâtes molles, ils sont presque tous équivalents, donc le goût sera le principal déterminant de votre choix. Optez pour celui que vous préférez. On retrouve également des fromages à pâte molle (Style brie) avec la moitié moins de matières grasses. Ces choix peuvent représenter de belles options chez ceux et celles qui surveillent leur ligne. À noter que le fromage à la crème est très riche en gras et ne renferme que très peu de protéines. Au déjeuner, on préfère de loin le Quark ou le fromage cottage avec des fruits frais. 

J'ai reçu une copie du livre Mordue de fromage! par Anick Dumontet qui met en valeur des fromages de chez nous. J'y ai déniché plusieurs recettes alléchantes. (29,95$, Éditions La Semaine)

J'ai reçu une copie du livre Mordue de fromage! par Anick Dumontet qui met en valeur des fromages de chez nous. J'y ai déniché plusieurs recettes alléchantes. (29,95$, Éditions La Semaine)

Et les fromages allégés?

Les fromages allégés peuvent représenter une option intéressante, surtout lorsque qu’on ajoute du fromage dans les sandwichs ou pour faire gratiner certains plats et que le but premier, n’est pas d’en faire une dégustation! Certes, ils n’ont pas le même goût ni la même texture, mais on s’habitue rapidement. Vous trouverez peut-être même que les fromages réguliers goûtent le beurre après avoir essayé les allégés. Pour les gratins, pourquoi ne pas conserver au congélateur un mélange de fromage régulier et allégé râpé? Ce mélange conviendra parfaitement aux lasagnes, aux gratins de légumes et aux pizzas.  

Finalement, on adore le fromage pour toute sa polyvalence! Toutefois, Il faut tout même se rappeler qu’une portion de fromage équivaut à seulement 50 grammes. Alors allez-y, dégustez chaque bouchée de ce petit plaisir gourmand et savourez !

 

 

Références

  1. Brassard D, Tessier-Grenier M, Allaire J, Rajendiran E, She Y, Ramprasath V, Gigleux I, Talbot D, Levy E, Tremblay A, Jones P, Couture P, Lamarche B. (2017). Comparison of the impact of SFAs from cheese and butter on cardiometabolic risk factors: a randomized controlled trial. The American Journal of Clinical Nutrition. doi:10.3945/ajcn.116.150300
  2. Goede, J. D., Geleijnse, J. M., Ding, E. L., & Soedamah-Muthu, S. S. (2015). Effect of cheese consumption on blood lipids: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Nutrition Reviews, 73(5), 259-275. doi:10.1093/nutrit/nuu060


Vous aimerez également

5 trucs pour augmenter les protéines au déjeuner

5 trucs pour augmenter les protéines au déjeuner

5 faits étonnants sur les fibres

5 faits étonnants sur les fibres