Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

Vivre sans frigo : oseriez-vous? L'histoire surprenante d'une femme qui vit sans frigo.

Vivre sans frigo : oseriez-vous? L'histoire surprenante d'une femme qui vit sans frigo.

Le réfrigérateur, étant devenu au fil des années un indispensable pour tous, a des répercussions importantes en ce qui concerne le gaspillage des aliments. Souvent, les gens achètent des aliments à l’épicerie et ce, sans savoir ce qu’il reste dans leur réfrigérateur. Ils accumulent et entreposent donc sans cesse des aliments et c’est à ce moment qu’on voit apparaître le phénomène du gaspillage alimentaire. Alors, posons-nous la question : serait-il possible de vivre sans réfrigérateur?

Shutterstock

Shutterstock

shutterstock_84480835.jpg

De son côté, la journaliste Marie Cochard a voulu expérimenter la vie sans réfrigérateur pour ainsi éviter le gaspillage alimentaire et acheter davantage de produits locaux. Pendant un an, dans son pays natal, elle a alors adapté son alimentation pour ne pas avoir besoin de réfrigérer des aliments pour leur conservation. Elle dit avoir diminué sa consommation de viandes et de produits laitiers, tout en mangeant plus de produits de base tels que des céréales, des légumineuses, des fruits et des légumes. Suite à cette expérience, Mme Cochard a écrit un livre, Notre aventure sans frigo... ou presque, dans lequel elle nous fait part de quelques trucs et astuces pour être en mesure de vivre et bien manger sans avoir besoin d’un réfrigérateur, en voici quelques uns :


  1. Éviter les produits laitiers : le lait est remplacé par une boisson de riz de Camargue; les enfants mangent du yogourt à la cantine de l’école.
     
  2. Ne pas placer le café, les œufs, les fruits et les légumes au réfrigérateur puisque l’humidité altère le goût et les abîme.
     
  3. Ne pas conserver les confitures et tout ce qui est vinaigré au réfrigérateur.
     
  4. Garder le jambon sec jusqu'à cinq jours hors du réfrigérateur.
     
  5. Vendre son réfrigérateur et investir dans un garde-manger.
     
  6. Manger les fraises rapidement! 🍓
     
  7. Conserver les fruits et légumes en évitant qu'ils se touchent et s’assurer que l’aération soit suffisante.
     
  8. Ranger les pommes de terre dans l’obscurité 
     
  9. Conserver les légumes racines dans du sable. Étant donné qu’ils poussent dans ce type de milieu, ils se conservent donc mieux ainsi. Par exemple, les carottes! 🥕
     
  10. Conserver le beurre dans l’eau salé pour optimiser sa conservation et éviter son rancissement.
     
  11. Entreposer les aliments de façon à pouvoir bien observer leur mûrissement.
     
  12. Varier le type d’aliments lors des achats hebdomadaires : Acheter à la fois des aliments qui se gardent longtemps (pommes, courges) et des aliments plus fragiles qui doivent être consommés plus rapidement.

Procurez-vous le livre ici. 

Procurez-vous le livre ici

Et si nous faisions la même chose au Québec…

Cette journaliste de France qui a testé la vie sans réfrigérateur ne vit cependant pas la même réalité qu’ici au Québec. En effet, ce mode de vie serait, selon moi, plus difficile à intégrer chez nous considérant la présence de nos hivers rigoureux qui sévissent une bonne partie de l’année. Au Québec, il est plus difficile de trouver des produits locaux en saison hivernale. Mise à part les aliments qui peuvent se développer dans les serres, nous retrouvons une très faible variété de produits dits locaux. À cette période de l’année, les aliments qu’on retrouve dans les supermarchés ont une fraîcheur moindre, puisqu’ils ont, pour la plupart, parcourus de longues distances avant de se retrouver dans notre panier. Actuellement, la conservation de ces aliments s’avère un défi en soi. Dans ce sens, il faudrait alors se limiter à entreposer les fruits et les légumes traditionnels qui se conservent longtemps tels que le rutabaga, les courges, les pommes de terre. Notre société actuelle qui a soif de variété serait-elle en mesure de se limiter ainsi? Ça ne coûte rien d’essayer! Les bienfaits de ce mode de vie semblent bien justifiés, surtout en ce qui a trait à la diminution du gaspillage alimentaire.

Toutefois, qu’en est-il du temps à aller faire l’épicerie ou encore à prendre soin des aliments afin qu’ils se conservent bien. Certains critiquent cet aspect. Avec les horaires bien chargés de chacun, il est difficile de trouver le temps pour adopter ce mode de vie et de l’exécuter à la perfection. Chaque aliment a une façon bien spéciale de se conserver. De plus, le temps de conservation étant limité, les visites dans les supermarchés ou encore dans les kiosques d’aliments locaux s’additionnent rapidement. Cependant, pour certains, cette façon de faire pique la curiosité.

Et vous, oseriez-vous l’essayer ? Une belle idée pour contrer le gaspillage alimentaire et prioriser les achats locaux!

À propos de l'auteure

Marie Cochard partage ses découvertes depuis dix ans en qualité de journaliste spécialisée dans l’écologie. Si elle s’attaquait au recçyclage des biodéchets dans son premier ouvrage, Les épluchures, tout ce que vous pouvez en faire ce sont cette fois nos modes de consommation et de conservation qui passent à la moulinette !


Vous aimerez également

Du steak haché bon pour 60 jours? Découvrez comment!

Du steak haché bon pour 60 jours? Découvrez comment!

Les jeunes mangent moins bien à l'école qu'à la maison

Les jeunes mangent moins bien à l'école qu'à la maison