Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

5 questions à Nathalie Beaudoin, auteure du livre Des fleurs dans votre assiette

5 questions à Nathalie Beaudoin, auteure du livre Des fleurs dans votre assiette

Née à St-Jean-sur-Richelieu dans un quartier industriel, entouré de champs de maïs et tout près d’une carrière et de la base militaire, rien n’était en place pour que Nathalie Beaudoin devienne un jour l’auteure d’un livre de cuisine ayant comme sujet les fleurs comestibles. Deuxième d’une famille de trois enfants, elle a toujours été attirée par la nature, l’art culinaire, les arts visuels et l’environnement qui l’entoure. Elle a passé la plupart de ses étés au chalet à St-Denis-de-Brompton dans les Cantons-de-l’Est, ce qui l’a conduite à poursuivre son rêve de devenir herboriste.


1. D’où origine votre passion pour les fleurs comestibles?

Lorsque j’ai commencé le projet Des fleurs dans votre assiette, j’avais un grand besoin de voir la vie en fleurs! Plusieurs événements dans ma vie personnelle étaient très difficiles : maladie de ma mère, décès de mon meilleur ami, perte d’emploi, etc. Cette belle passion a toujours été en moi et j’y ai mis tout mon expérience en cuisine, mon expertise d’herboriste et mon cœur. Par cette force et détermination qui m’habitent, j’ai su renverser des situations plutôt lourdes en créant des moments de vie vraiment plus positifs.

Après avoir animé plusieurs événements sur le sujet, je suis à même de constater que cuisiner les fleurs, c’est bon non seulement pour ajouter de la couleur et de la saveur dans notre assiette, mais c’est aussi une cuisine qui rend heureux et qui peut atteindre l’âme d’une personne. Par exemple, lorsque je suis allée voir une amie à l’hôpital, mon livre était sur sa table de chevet. Le personnel et les patients venaient le consulter et plusieurs se le sont même procuré. D’autres de mes lecteurs s’en servent comme un livre à regarder quand vient le temps de s’endormir, question de bien clore la journée.

2. Quel serait votre meilleur conseil pour ceux qui s'initient aux fleurs comestibles?

C’est intéressant de commencer par des plantes à fleurs comestibles que nous connaissons bien et qui sont facilement accessibles si l’on souhaite les cultiver. Fleurs de pensées de toutes les couleurs, les capucines (des feuilles aux fruits, tout s’utilise!) et les fleurs de fines herbes. Pour le basilic, il suffit d’acheter plusieurs plants qu’on fait pousser sur notre balcon principalement pour les feuilles (en pinçant les extrémités fleuries pour que les feuilles restent grosses et charnues) et un ou deux plants qu’on laisse fleurir pour utiliser principalement leurs fleurs dans la cuisine!

Et comme la saison des fleurs comestibles fraîches est généralement très courte, je conseille de se procurer des fleurs séchées en vrac en herboristerie ou en sacs dans les magasins d’aliments naturels. Choisir entre autres la calendule, la camomille allemande, la lavande et l’hibiscus, pour en faire des infusions ou bien les mélanger avec du thé vert, du thé noir en vrac ou autres plantes médicinales au choix.

Pour l’instant, les gens que je rencontre sont très curieux et réceptifs sur l’ouvrage et le travail que je fais en tant que conseillère en alimentation et fleuriste-culinaire. Je leur dis qu’une fleur, c’est comme l’extension des aliments qu’ils mangent. Je conseille de commencer par des valeurs sûres, comme les fleurs comestibles vendues par les producteurs dans les marchés publics. Ils peuvent y aller une fleur à la fois, selon leurs goûts et leurs envies. Les personnes doivent avoir confiance et se permettre de cuisiner autrement avec des ingrédients simples qui sortent parfois de l’ordinaire, tout en donnant un résultat extraordinaire!

iStock-1135571923.jpg

3. Quelle est votre façon favorite d'intégrer les fleurs à vos repas?

Une salade verte intégrant des fleurs comestibles, c’est toujours gagnant pour débuter un repas. J’utilise souvent les fleurs de capucine, une valeur sûre en saison estivale. Je transforme également cette fleur en vinaigrette et je la mixe au mélangeur avec de l’huile d’olive. Je mange le tout avec des pâtes et du pesto au basilic. Avec les fleurs de mon jardin, j’aime bien en faire des bols de glace ou bien de jolis glaçons de fleurs que j’entrepose au congélateur pour en avoir suffisamment pour la période des fêtes. J’adore me faire des infusions de basilic sacré frais (Basilicum sanctum), de l’hummus aux fleurs de monarde (Monarda didyma) ou des craquelins aux fleurs d’ail et fromage de chèvre pour l’apéro. Avec un vin rosé aux pétales de rose ou bien un vin de pissenlit, c’est du pur bonheur!

4. Y a-t-il des bénéfices - ou des inconvénients - à consommer des fleurs?

Du point de vue de la santé, le contenu en micronutriments des fleurs comestibles est intéressant. Elles apportent vitamines et minéraux aux plats auxquels on les ajoute. Certaines, comme la capucine et le cynorhodon, fruit de l’églantier, contiennent de la vitamine C en quantité élevée. La fleur de bourrache et celle de calendule sont riches en caroténoïdes et en anthocyanes, deux antioxydants. D’autres, comme les fleurs de ciboulette, d’hémérocalle, d’hibiscus et de pensées, contiennent de la vitamine A et C, en plus d’être riches en antioxydants.

Les quelques inconvénients de consommer les fleurs commencent souvent par savoir où les trouver et comment bien les choisir, car il arrive que les informations soient contradictoires (…je parle ici d’internet!). Il ne faut pas se les procurer chez un fleuriste parce que ces dernières sont généralement traitées avec des conservateurs. Si la cueillette des plantes sauvages vous intéresse, il est important de bien les connaître ou de se munir d’un guide d’identification. Pour une première expérience, je conseille toujours de goûter une variété à la fois à petite dose, afin de vérifier les réactions allergiques, et toujours surveiller la cueillette effectuée par les jeunes enfants. Mieux vaut s’abstenir de manger des fleurs comestibles si vous êtes une personne allergique au pollen. Il n’est pas recommandé aux femmes enceintes de consommer des fleurs comestibles. En général, il n’y a aucun danger de consommer des fleurs comestibles.

5. Aurons-nous la chance de lire une suite à votre livre? Pouvez-vous nous parler de vos projets futurs?

Pour la saison estivale, je continue à offrir des conférences sur le sujet des fleurs comestibles et des kiosques présentant les belles fleurs d’une productrice que j’affectionne. Dans mes temps libres, je travaille présentement sur un livre qui axera davantage sur les herbes aromatiques. J’aimerais également écrire un grimoire (un autre livre) qui rassemblera les articles que j’écris pour une revue spécialisée en santé naturelle. Un site contractuel de produits à base de fleurs comestibles et de fines herbes signés La Druide Urbaine sera bientôt pour les fans des fleurs comestibles.

Voici les meilleures adresses de Nathalie pour se procurer des fleurs comestibles au Québec

Un des plus gros producteurs de fleurs comestibles au Québec est Les Jardiniers du chef, une entreprise de Blainville qui produit des micros-pousses, pousses et fleurs comestibles depuis 1994. Ils produisent des fleurs fraîches à l’année, dont des fleurs de dianthus, de centaurée, de pensée, de bâton rouge, de tagète, de bourrache et de géranium odorant. Leurs fleurs comestibles sont disponibles directement à la ferme et les fleurs en barquettes sont disponibles au Marché Jean-Talon aux commerces Chez Nino et Chez Louis.

D’autres producteurs comme Equinox – Fleurs Comestibles à Orford, Monique Caron – Les Fleuralies Comestibles à Kingsey Falls et Fleur en bouche à Bedford fournissent des fleurs comestibles aux chefs et offrent des fleurs comestibles en saison (ou sinon des produits transformés) comme sur le site www.fraicheurquebec.com

Pour les cultiver soi-même, plusieurs variétés de fines herbes, de pensées, de monarde, de mauves et d'échinacées (pour les pétales) sont disponibles en centre jardin. Les semenciers se mettent également de la partie. Plusieurs semences de fleurs comestibles sont disponibles lors des fêtes des semences et d’autres entreprises comme celle de Croque Paysage, Herbes Orford, La Shop Agricole et Paysage Gourmand, vous permettent d’acheter de petits plants de fleurs comestibles à leur pépinière et même réaliser pour vous des aménagements paysagers durables avec entretien minimal.

Les fleurs séchées, dont la calendule, la camomille allemande, l'hibiscus, la lavande et le sureau se trouvent généralement dans les magasins d’aliments naturels. On peut également trouver des fleurs séchées de rose, des tisanes ou des fleurs mélangées à du thé dans les herboristeries ou les salons de thé.

Les fleurs d’hibiscus au sirop sont en vente chez certains fleuristes ou directement sur le site internet wildhibiscus.com. Elles sont entièrement comestibles et leur goût rappelle celui de la framboise, la mûre noire et légèrement celui de la rhubarbe.

Les produits locaux à base de fleurs comestibles sont également de plus en plus populaires. Vous trouverez chez Les jardins sauvages au Marché Jean-Talon des boutons floraux de marguerites et d’hémérocalles marinés, des fleurs de mélilot séchées, des fleurs de sureau et de monarde séchées, ainsi que des fleurs sauvages fraîches en saison. D’autres compagnies comme Gaspésie sauvage, Gourmet sauvage et Forêt & papilles, proposent quelques tisanes et produits transformés à base de fleurs sauvages.

Le Marché des Saveurs du Québec, situé au Marché Jean-Talon à Montréal, propose aussi quelques beaux produits à découvrir : ceux de Rose des champs (sirop de rose, confitures, etc.) et les confitures de La Cuisine par Marie-Ève Langlois, qui fait de merveilleuses confitures à base de petits fruits et de fleurs comestibles séchées. J’aime également les micro-brasseries et fabriquants de kombucha qui utilisent les fleurs d’hibiscus ou des pétales de rose dans leurs produits.

L’eau de rose et l’eau de fleur d’oranger ainsi que les boissons pétillantes non alcoolisées au sureau (de marque Green Bottle) peuvent se retrouver dans les épiceries. Cette dernière est une eau gazeuse sucrée au goût floral et exotique qui rappelle celui du litchi. À découvrir!

Vous aimerez aussi

5 questions à Anne-Julie Tessier, cofondatrice de Keenoa

5 questions à Anne-Julie Tessier, cofondatrice de Keenoa

5 questions à... Catherine Lefebvre, auteure de Sucre, vérités et conséquences

5 questions à... Catherine Lefebvre, auteure de Sucre, vérités et conséquences