Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

Ménager la chèvre 🐐 et manger le chou 🥗

Ménager la chèvre 🐐 et manger le chou 🥗

Mes collègues nutritionnistes Hélène Baribeau et Marjolaine Mercier viennent de lancer leur tout nouveau livre, Ménager la chèvre et manger le chou. Un ouvrage complet sur le thème de l'alimentation végétale peu transformée. On le sait, plusieurs bienfaits sont attribués à ce type d'alimentation, autant d'un point de vue environnemental que de la santé. Les deux auteures et amies font le point sur cette façon optimale de s'alimenter pour augmenter ses chances de vivre longtemps, en santé et sans médicament! Voici donc ce que j'ai pensé de ma lecture, en plus d'une mini-entrevue avec les auteures. 

 Ménager la chèvre et manger le chou, publié aux Éditions La Semaine

Ménager la chèvre et manger le chou, publié aux Éditions La Semaine

Grâce à la science et aux secrets de longévité de certaines populations, nous savons désormais que prévenir et même renverser certaines maladies ne relèvent plus de la fiction, et que les changements à apporter à son alimentation sont à la portée de tous. S'appuyant sur les plus récentes études scientifiques sur le sujet, les auteures proposent des pistes pour augmenter sa consommation de végétaux et offrent une vingtaine de recettes qui les mettent de l'avant. Bref, cet ouvrage invite le lecteur à faire un voyage végétal motivant!

Il est impossible de parcourir le livre qu'en superficie tellement il est complet. La lecture est tantôt divertissante, tantôt éducative, mais jamais trop moralisatrice. Mon seul reproche serait l'ajout de recettes sans photographies, ce qui laisse toujours le lecteur dubitatif et moins motivé à cuisiner. Moi-même, je ne cuisine jamais aucune recette d'un livre ou d'un site web où il n'y a pas de photo. Je désire me sentir inspiré et voir le résultat final avant d'entreprendre quoique ce soit en cuisine. Le livre, parfois chargé par chapitre, aurait peut-être bénéficié du retrait des recettes, quitte à publier un livre de recettes ou un e-book avec des recettes entièrement végétaliennes un peu plus tard pour faire suite à cet ouvrage. 

Je suggère le livre à ceux et celles qui désirent intégrer davantage de végétaux à leur alimentation actuelle ou qui pensent à un virage vers le véganisme. À la suite de votre lecture, vous serez mieux outillés pour voir si ce mode d'alimentation est fait pour vous et/ou vous aurez des arguments ou des motivations renforçant vos positions à l'égard du véganisme ou du végétalisme. 


Entrevue avec les auteures

1. D'où vient l'inspiration pour le titre original du livre "Ménager la chèvre et manger chou"? 

Notre but avec ce livre est de transmettre notre passion, d’éduquer et de motiver la population québécoise à adopter un mode de vie sain. En modifiant l’expression connue Ménager la chèvre et le chou pour Ménager la chèvre et MANGER le chou, on redonne du pep et de l’originalité au discours de manger plus de végétaux, moins de viande et moins d’aliments transformés.

2. Ce livre est appuyé par une montagne de références. Pour ceux et celles qui seraient intéressées à les étayer, où peut-on trouver la liste complète?

Sur le site de la maison d'éditions et le site des auteures.

 Photographe : Maxime Juneau

Photographe : Maxime Juneau

3. Malgré une connaissance incroyable des concepts de nutrition après vos études et votre pratique, avez-vous fait de belles découvertes en écrivant ce livre?

Tout à fait! Nous avons été surprises d’apprendre que l’alimentation végétale peu transformée (AVPT) peut faire mieux qu’une diète méditerranéenne pour diminuer les récidives de maladies cardiovasculaires. Aussi, une alimentation végétale peu transformée et faible en gras a démontré la capacité de renverser l’athérosclérose lorsque suivie de façon intégrale. Les études à ce sujet proviennent de deux médecins américains, le Dr. Esselstyn et le Dr Ornish.

Nous avons aussi appris que dans les lignes directrices de l’association canadienne du diabète, l’alimentation végétalienne ou végétarienne est recommandée comme patron alimentaire ayant un effet positif dans le contrôle glycémique des diabétiques de type 2 avec un niveau de preuve assez élevé et ce même à adhérence partielle. Dans certaines études mêmes, on obtenait de meilleurs résultats au niveau des marqueurs sanguins de glycémie, au niveau de la perte de poids ainsi qu’au niveau de la baisse de médication avec une alimentation végétalienne comparée à une alimentation traditionnelle modérée en glucides pour la gestion du diabète de type 2.

On a souvent tendance à croire qu’une alimentation végétalienne est difficile à suivre et donc on prend pour acquis que les personnes diabétiques ne pourront pas la suivre de façon stricte. Mais, dans les études, on a constaté que même à adhérence partielle, on peut obtenir plus de bénéfices qu’avec les recommandations traditionnelles pour gérer le diabète type 2. En plus, dans une étude, les sujets qui suivaient alimentation végétale rapportaient un sentiment de restriction plus faible qu’avec les recommandations alimentaires plus traditionnelles pour le diabète type 2 ainsi qu’une amélioration de leur qualité de vie.

4. Quels seraient vos 5 aliments indispensables pour végétaliser son alimentation?

  1. Les légumineuses pour leur simplicité et rapidité à utiliser en cuisine et comme sources de protéines, de fibres et de fer.
  2. La noix de cajou pour faire de délicieuses tartinades ou des fauxmages.
  3. La boisson de soya nature pour remplacer le lait de vache.
  4. Les graines de lin et de chia pour remplacer les œufs dans les recettes de muffins ou de crêpes.
  5. La levure alimentaire enrichie de B12 pour donner un goût fromagé et une texture crémeuse à plusieurs plats traditionnels.
 Photographe : Maxime Juneau

Photographe : Maxime Juneau

5. On parle beaucoup ces temps-ci de renverser les maladies (cancers, diabète). Lorsqu'on lit le livre, on découvre les effets bénéfiques d'une alimentation végétale peu transformée avec le programme intensif ORNISH qui a montré de bons résultats chez les participants du groupe du programme atteints d'un cancer de la prostate versus les participants du groupe contrôle. Or, l'alimentation prescrite dans cette diète contient moins de 10% de gras et beaucoup de suppléments. Lorsqu'on s'attarde à d'autres diètes "renversantes" comme la diète cétogène dans le cas du diabète de type 2, c'est tout le contraire : plus de gras dans l'alimentation. Ce qui m'amène à me demander : existe-il un équilibre ou existe-il réellement un mode d'alimentation meilleur qu'un autre? J'aimerais connaitre votre avis de nutritionnistes sur la question.

Nous pensons que la meilleure alimentation pour prévenir les maladies chroniques est une alimentation basée sur des végétaux peu transformés (noix, graines, fruits, légumes, légumineuses, grains entiers) dont l’ajout de sel, d’huile et de sucre et de protéines d’origine animale est limitée mais pas nécessairement exclue à 100%. Par ailleurs, quand on parle de renverser des maladies, certaines diètes plus restrictives peuvent donner de bons résultats mais nous croyons qu’il faut opter pour celles qui occasionneront le moins d’effets secondaires ou délétères sur la santé globale et qu’on saura tenir à long terme. Outre l’adhérence à long terme, il faut aussi s’assurer que l’alimentation choisie est adéquate également pour prévenir les autres maladies (le cancer ou les maladies du cœur, par exemple), pas seulement celle que l’on veut traiter.

L’alimentation méditerranéenne riches matières grasses et l’alimentation d’Okinawa faible en matières grasses sont toutes deux associées à la santé malgré des pourcentages de calories provenant des matières grasses différentes. C’est donc plus la qualité alimentaire (dont la présence de végétaux peu transformés) qui prime plutôt que les quantités de gras dans l’alimentation.

Nous avons écrit un livre sur l’alimentation végétale peu-transformée justement parce qu’elle a des bénéfices sur la santé globale, qu’elle peut traiter des maladies chroniques, qu’elle peut être suivie à long terme et qu’en plus elle fait partie de la solution pour la santé de notre planète.

Notre position est en accord avec celle de l'Académie de Nutrition et de Diététique aux États-Unis (la plus grande association de nutritionnistes avec > 100 000 membres) qui dit que : les régimes végétariens, y compris végétaliens, qui sont convenablement planifiés, sont sains, nutritionnellement adéquats, et peuvent fournir des avantages pour la santé pour la prévention et le traitement de certaines maladies. "

6. J'ai adoré le chapitre 12 : "L'alimentation végétale peu transformée : est-ce pour moi?" où l'on aborde des théories de changement de comportements. Le tableau qui compare l'individu en mode écoute et l'individu en mode régime illustre d'ailleurs très bien les différences inhérentes à ces deux états d'être. Quel conseil donnerais-tu pour faire la différence chez quelqu'un qui est dans l'état "en mode régime"?

En regardant les caractéristiques de l’individu en « mode régime » versus « mode écoute », la personne pourra assez facilement se reconnaitre dans l’un ou l’autre de ces états d’être. Si la personne est en « mode régime », nous lui conseillons d’abord de régler la relation qu’elle entretien avec son corps et la nourriture avant de penser à végétaliser son alimentation. L’alimentation consciente (ou intuitive) lui sera proposée si elle consulte une nutritionniste, afin qu’elle puisse réapprendre à manger simplement en fonction de ses signaux de faim et de satiété et de ses goûts, et ce, sans privation. Éventuellement, cette même personne pourra commencer à végétaliser son alimentation à son rythme, idéalement pour d’autres raisons que la gestion du poids (pour l’environnement, pour la santé ou encore par compassion pour les animaux) afin que ce changement soit durable. L’alimentation végétale peu transformée n’est pas une diète ou un régime amaigrissant. C’est une des composantes d’une mode de vie plus sain, respectueux de l’environnement et en conformité avec les valeurs de la personne.


À propos des auteures

Hélène Baribeau

Hélène Baribeau, nutritionniste, est auteure de trois autres best-sellers. Depuis maintenant 20 ans, elle participe à des émissions de télévision et de radio en tant que chroniqueuse en nutrition. Elle pratique dans la ville de Québec, à Sainte-Foy, où elle reçoit notamment une clientèle désirant améliorer sa santé. perdre du poids ou initier un virage vers le végétarisme ou le végétalisme. 

Marjolaine Mercier

Marjolaine est détentrice d'un baccalauréat en nutrition et d'un certificat en psychologie. Elle est la fondatrice des Cliniques M Nutrition sur la Rive-Sud de Montréal où sont offerts des services de consultation en nutrition pour la prévention et le traitement de problèmes de santé, de troubles alimentaires et de gestion du poids. Étant elle-même végétalienne, elle accompagne a leur rythme les gens qui souhaitent adopter partiellement ou complètement l'alimentation végétale.


Vous aimerez aussi

Les desserts de Petit Lapin

Les desserts de Petit Lapin

Cauchemar : l'allergie à l'avocat existe 🥑😱

Cauchemar : l'allergie à l'avocat existe 🥑😱