Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

Sous le charme des petits fruits

Sous le charme des petits fruits

J’adore l’autocueillette de petits fruits à un point tel que je dois me laver les mains avec du papier sablé si je ne veux pas passer la saison des fraises avec les doigts tachés rouge. Quoi de mieux que des desserts fruités pour terminer un repas avec une touche de fraicheur et, bien sûr, un petit goût sucré qui satisfait les plus gourmands parmi nous? En plus d'offrir un véritable spectacle haut en couleurs à nos yeux, les desserts aux petits fruits procurent également une panoplie de vitamines, de minéraux, de fibres et d'antioxydants. Mon amie Louise Gagnon met ces petites merveilles sucrées en vedette dans son dernier livre « Sous le charme des petits fruits ». Celle-ci a généreusement répondu à mes questions et nous offre, en primeur, sa recette de pizza-dessert aux petits fruits, un avant-goût de son délicieux livre! 

iStock-682954884.jpg

Entrevue avec Louise Gagnon, auteure du livre Sous le charme des petits fruits - 80 recettes gourmandes

Après nous avoir instruits et inspirés avec votre livre « Sous le charme des courges et des citrouilles », vous nous saisissez en ce début de la saison chaude avec un livre sur les petits fruits. Louise, dévoilez-nous votre intérêt pour ces petites sources de saveur. 

Je ne dirais pas que j’ai un intérêt mais plutôt plusieurs, tellement que ça déborde et c’est qui m’a fait écrire ce livre. D’abord, les petits fruits appellent naturellement à la gourmandise en éveillant tous nos sens. Ils sont mignons, colorés, certains ont des parfums hallucinants, d’autres, on aime les faire éclater en bouche, et évidemment ils nous font vibrer par leur saveur unique. Et je ne parle pas des émotions comme la volupté qu’on peut éprouver simplement en portant à sa bouche ne serait-ce qu’une seule framboise mûrie à point et gorgée de soleil. D’ailleurs la cueillette de petits fruits auprès de nombreux producteurs offre une occasion en or de se rapprocher de la nature.  

De plus, il y a beaucoup de petits fruits méconnus qui poussent au Québec et nous aurions tout intérêt à les apprivoiser et ce, non seulement pour le plaisir de la découverte et les immenses bénéfices nutritionnels, mais aussi dans une perspective d’alimentation durable, locale et de souveraineté alimentaire. À part les fraises, framboises et bleuets qui font partie de notre ADN, on arrive à peine à identifier et nommer ce que sont des gadelles ou des groseilles à maquereau qui font pourtant partie de notre patrimoine culinaire. Même la canneberge qui est pourtant devenue le petit fruit que nous produisons le plus, on ne sait pas trop quoi en faire sous forme fraîche ou congelée, à part la fameuse sauce aux atocas du Temps des Fêtes, pourtant… Alors on est bien loin de savoir comment conserver, apprêter et cuisiner des petits fruits encore moins connus comme les amélanches, cassis, baies de sureau, camerises, argouses, cerises acides, cerises de terre, etc. et c’est ici que mon livre est utile et sert de guide. 

Quelles sont vos inspirations culinaires? Avez-vous des livres fétiches ou suivez-vous des blogues culinaires?  

Je n’ai pas de livre fétiche en particulier ou de blogue auquel je suis fidèle mais c’est sûr que je me laisse inspirer par ce qui fait mon affaire dans les tendances. Mes inspirations culinaires me viennent surtout d’expériences, que ce soit au travers de mes souvenirs d’enfance mais aussi de mes voyages et de mes rencontres. Par exemple, en cueillant des cerises acides chez un particulier à qui j’avais demandé la permission, j’ai rencontré sa voisine d’origine italienne qui m’a suggéré de faire une pizza aux petits fruits, c’était divin. Et bien simplement, je me laisse inspirer par ce que j’ai sous la main. C’est le temps des bleuets mais aussi des gourganes et du maïs, pourquoi pas en faire une salade? Bien souvent, le résultat est magique. 

Quelle recette de votre nouveau livre est votre coup de cœur? 

Très difficile de faire un choix parmi toutes ces recettes auxquelles je suis intimement attachée. Mais puisqu’il faut choisir, j’irais pour ma marinade express aux oignons rouges et aux gadelles. C’est un condiment très facile à réaliser et qui ajoute une note colorée et sophistiquée à de nombreux plats comme sur du maquereau fumé, des falafels, du humus, etc. On peut aussi utiliser des groseilles à maquereau au lieu des gadelles. Même le jus de la marinade peut être recyclé pour faire des vinaigrettes ou colorer de rose des oeufs durs. Pour ceux qui se demandent où trouver des gadelles, on en trouve de plus en plus dans les marchés publics, des rouges, des blanches et des roses et plusieurs producteurs offrent la possibilité d’en faire l’auto-cueillette. J’en ai déjà vu dans une grande chaîne de supermarché, mais, malheureusement, elles ne venaient pas du Québec. Je dirais en plus, qu’à l’heure de l'agriculture urbaine et des jardins nourriciers, le gadelier est un petit arbuste très facile à cultiver pour les apprentis jardiniers et j’encourage tous ceux qui ont un petit bout de terrain ensoleillé d’en planter un, il produira ses petits bijoux pendant de nombreuses années. 

Santé, local et de saisonsont les mots clefs qui couronnent votre nouveau livre sur les petits fruits. Pourriez-vous nous dévoiler une astuce pour manger ces fruits du terroir de façon locale à longueur d’année?

Rien de plus facile que de congeler les petits fruits. On les étale sur une plaque métallique recouverte de papier parchemin, on les fait figer pendant 1 ou 2 heures au congélateur puis on les verse dans des sacs à congélation en se servant du papier parchemin comme d’une glissade. Ils se conservent ainsi facilement 1 an au congélateur. Ces petits trésors se prêtent ensuite à une infinité d’utilisations (smoothies, compotes, muffins, etc.) ; j’ai d’ailleurs conçu mon livre avec cette idée en tête de donner beaucoup de recettes qui se font autant avec des petits fruits frais que congelés. 

Après la sortie de ce livre alléchant sur la cuisine des petits fruits, nous réservez-vous d’autres surprises pour la ou les prochaines années? 

Contente de savoir que vous trouvez mon livre alléchant car c’était pour moi un défi de faire mes propres photos cette fois-ci. Pour l’instant, je ne promets rien pour l’avenir, mais c’est certain que s’il y a une idée qui m’allume et qui représente une occasion de me sentir utile, je vais la saisir… il me fera toujours plaisir de surgir avec des surprises!


Ce que j'ai pensé de « Sous le charme des petits fruits » 

Ce livre offre plus de 80 recettes parfois santé, parfois décadentes avec un thème commun : les petits fruits. Détrompez-vous si vous pensez qu'on n'y parle que de fraises ou de bleuets. Louise, véritable passionnée, nous fait découvrir la groseille, l'amélanche, la cerise de terre, l'argouse, la baie de sureau, la camerise et la gadelle. 

Les photos sont magnifiques et alléchantes. Elles ont toutes été photographiées par l'auteure elle-même, ce qui est remarquable. Louise a vraiment l'oeil pour nous faire saliver. Le livre est très complet et compte 280 pages. Outre les 80 recettes, on y présente un calendrier des récoltes, plusieurs bonnes adresses, des points de vente pour des plants et des semences de petits fruits, des sites d'autocueillette et de vente directe de petits fruits non transformés (classés par région!). 

Parmi mes recettes coups de coeur à essayer absolument cet été se retrouvent le pouding aux camerises et graines de chia, le granité aux argouses, la tarte-biscuit aux framboises et le poké au saumon et aux gadelles. 

« Sous le charme des petits fruits »
Couverture rigide
280 pages
29,95$

ISBN : 9782897760533


Pizza-dessert aux petits fruits
 

3 à 4 portions
Temps de préparation : 10 minutes
Temps de cuisson : 10 minutes
Niveau de difficulté : ⭐️
 

Ingrédients

  • 1 pâton de pâte à pizza 
  • 200 g (1 1/2 tasse) de petits fruits mélangés (ex. : bleuets, camerises, cerises acides, fraises, framboises, mûres), frais ou semi-décongelés 
  • 30 ml (2 c. à soupe) de sucre de canne 
  • 1 ml (1 pincée) de cannelle moulue (facultatif) 
  • Feuilles de verveine citronnée, de menthe ou de basilic frais, ciselées (facultatif) 
     
À défaut de pierre à pizza, on peut employer une plaque de cuisson de bonne qualité qui est assez épaisse et lourde. Il est préférable de l’utiliser à l’envers pour éviter que les rebords nuisent à la manipulation de la pâte. Contrairement à la pierre à pizza, la plaque n’a pas besoin d’être chauffée long- temps – 5 minutes suffisent. 
— Louise Gagnon, M. Sc. en nutrition

Préparation 

  1. Placer la grille dans la partie inférieure du four et y déposer une pierre à pizza*. Préchauffer le four à 290 °C (550 °F) et laisser la pierre chauffer pendant 45 minutes. 
  2. Sur le plan de travail fariné, étirer la pâte à pizza avec les doigts pour lui donner une forme oblongue d’environ 13 x 30 cm (5 x 12 po). La mettre ensuite sur une pelle à pizza (ou une plaque – idéalement sans rebords) tapissée d’une feuille de cuisson réutilisable conçue pour la haute température. 
  3. Couper en deux les fruits s’ils sont très gros ou les laisser tels quels. Couvrir la pâte de petits fruits en laissant une bordure. Saupoudrer les fruits de sucre sans déborder de la pâte, sinon le sucre brûlera et enfumera le four. Si désiré, saupoudrer d’un soupçon de cannelle. Glisser la pizza (avec la feuille de cuisson) sur la pierre à pizza. Cuire environ 8 minutes ou jusqu’à ce que la croûte soit dorée, en prenant soin de retirer la feuille de cuisson après 3 minutes ou lorsque la pâte se tient bien. 
  4. Laisser reposer quelques minutes avant de servir. Si désiré, garnir de feuilles de verveine citronnée. 
  5. Servir avec de la crème glacée à la vanille. Un régal ! 

Vous aimerez aussi

La fausse viande Beyond Meat arrive dans vos fast-foods 🍔

La fausse viande Beyond Meat arrive dans vos fast-foods 🍔

Alcool 🍷 et diète méditerranéenne 🥗 : ce qu'il faut savoir!

Alcool 🍷 et diète méditerranéenne 🥗 : ce qu'il faut savoir!