Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

Tout sur la camerise

Tout sur la camerise

Encore méconnue au Québec avant 2007, la camerise est une petite baie qui ressemble beaucoup au bleuet, mais a la forme ovale et allongée. On décrit son goût comme étant unique et complexe qui rappellerait un mélange de cassis, de bleuets, de framboises avec un soupçon de mûre, nectarine, prune et rhubarbe [1]. Elle est aussi connue sous le nom de chèvrefeuille comestible ou haskapou honeyberrychez les anglophones. Le camerisier est un arbuste très résistant aux conditions météorologiques du Québec et sa culture est émergente en Amérique du Nord. Tour d’horizon complet sur ce fruit succulent qu’est la camerise.

Camerise

Juillet : mois de la camerise

La camerise est récoltée à partir de la fin juin jusqu’à la fin juillet selon les espèces, les régions et les aléas de Dame Nature. Il est possible de s’en procurer dans les marchés publics et parfois dans les épiceries. Il est également possible de pratiquer l’auto-cueillette en se rendant directement chez certains producteurs.  

La cueillette de la camerise est similaire en tout point à celle du bleuet. Il faut s’équiper de patience et de minutie car celles-ci sont délicates. On se doit de les cueillir lorsque le fruit est d’un bleu similaire à celui du bleuet et lorsque sa chair est de couleur pourpre intense. 

La camerise est connue depuis longtemps par les Japonais comme étant «  le fruit de la longévité et le fruit de la vision ».
— Hubert Cormier, nutritionniste

Valeur nutritive de la camerise

La camerise est composée d’environ 83 % d'eau. Par portion de 100 grammes, elle fournit 60 calories, 14 grammes de glucides, dont 3 grammes de fibres alimentaires et 1 gramme de protéines. L'acide glutamique et l'arginine sont les acides aminés les plus courants. 

La camerise a une teneur élevée en antioxydants, en vitamines A et C et en fibres. Elle est aussi une source de manganèse, potassium, magnésium et cuivre. De plus, la camerise aurait l’une des concentrations les plus élevées en anthocyanines parmi les fruits. Ces dernières sont des composantes de la famille des polyphénols reconnus pour la prévention de plusieurs maladies chroniques, certaines formes de cancer, de maladies cardiovasculaires et neurodégénératives. Une étude réalisée en 2015 a d’ailleurs trouvé que les polyphénols de la camerise auraient le potentiel de diminuer l’inflammation. Ils suggèrent aussi que la camerise devrait être évaluée à titre de produit de santé naturel pour contrôler l’inflammation [2].

Comment apprêter la camerise?

Avant de les cuisiner, assurez-vous de les rincer, de bien les égoutter et de les assécher avec un linge propre. Ces jolies petites baies peuvent être mangées fraîches ou être utilisées dans plusieurs recettes de pâtisseries, confitures, coulis, smoothies, crèmes glacées, sauces, vinaigrettes, ajoutées à un yogourt ou aux céréales pour déjeuner. Son goût est sucré et légèrement acidulé. Le fruit a une chair juteuse d’un rouge vin intense et contient quelques petites graines à l’intérieur imperceptibles en bouche.

La camerise peut très bien s’apprêter avec le bleuet, la cerise, la framboise, la banane, le kiwi, la prune, la rhubarbe, les amandes, la noix de coco, le miel, le sirop d’érable, le romarin, le thym, le gingembre, la cannelle et la vanille.

Saviez-vous que la culture de la camerise ne requiert pas d’ajouts chimiques car très peu de ravageurs s’intéressent à cette plante. 

La durée de conservation de la camerise

Afin d’empêcher l’apparition de moisissures, nettoyez les camerises au moment de la dégustation. Conservez-les dans un contenant non hermétique. Elles peuvent être conservées environ 1-3 jours au réfrigérateur et plus d’un an au congélateur.


Les étapes de congélation sont simples : 

  1. Nettoyez les camerises
  2. Les déposer sur une plaque de cuisson recouverte d’un papier parchemin
  3. Congelez environ 2 heures
  4. Transférez les baies dans un sac de congélation
  5. Fermez hermétiquement le sac de congélation en retirant le maximum d’air, puis mettre au congélateur. Cette technique s’avère très pratique afin d’empêcher les baies de s’agglomérer dans le sac de congélation.

Avec son goût délicieux, ses propriétés antioxydantes, son excellente source de vitamines A et C et sa richesse en fibre, la camerise sera le fruit à découvrir cet été et à inclure dans une multitude de recettes. Si vous prévoyez faire une petite visite dans les environs du Saguenay-Lac-St-Jean durant vos vacances, une visite chez un producteur de camerise s’impose. Quelle soit fraîche ou transformée, la camerise sera à tout coup plaire à vos papilles gustatives. 

Références

  1. Gagnon, A. (2014). La camerise, Guide de production. (URL : https://www.agrireseau.net/documents/Document_89571.pdf)
  2. Rupasinghe, H. P., Boehm, M., Sekhon-Loodu, S., Parmar, I., Bors, B., & Jamieson, A. R. (2015). Anti-inflammatory activity of haskap cultivars is polyphenols-dependent. Biomolecules, 5(2), 1079-1098.
  3. Gagnon, Louise. Sous le charme des petits fruits. 80 recettes gourmandes. Les Publications Modus Vivendi inc. Québec, Canada. 2018. 279 pages. Pages 38-39-40.
  4. La camerise, chèvrefeuille comestible ou haskap - Camerise Québec. Camrise Québec – Association des producteurs de camerise du Québec (APCQ)Disponible au: www.camerisequebec.com. (Consulté le 12 juin 2018)

Vous aimerez aussi

Doit-on prendre des suppléments de vitamine D l'été?

Doit-on prendre des suppléments de vitamine D l'été?