Hi.

Welcome to my blog. I document my adventures in travel, style, and food. Hope you have a nice stay!

Tout sur les collations

Tout sur les collations

Doit-on réellement manger une collation? N’y voit-on pas un moyen de satisfaire, à court-terme, ses envies? Les collations font partie de notre vie et selon un récent sondage Léger réalisé en ligne pour le compte des collations santé KIND, les Québécois collationneraient en moyenne deux fois par jour et opteraient d’abord pour le goût plutôt que pour l’aspect santé. Est-ce votre cas? Zoom sur les collations!  

Les collations : essentielles ou non?

Les collations ne sont pas essentielles, mais ne sont pas à bannir complètement non plus. Sous certaines circonstances, il peut être tout à fait approprié de consommer des collations, qu’elles soient santé ou non. Prenons l’exemple d’un homme de 23 ans qui fait partie de l’équipe de natation universitaire. Les nombreuses pratiques réparties tout au long de la semaine justifient l’ajout de collations à son alimentation, puisque son organisme a besoin d’énergie pour s’entraîner. En cas de manque d’énergie, son corps se fatiguera plus vite, ce qui pourrait avoir une incidence sur ses performances physiques. Un effort physique intense d’une heure permet au corps de brûler près de 500 calories en moyenne, ce qui justifie la collation post-entraînement.

Idéalement, après un exercice, on doit se tourner vers une collation qui fournit des glucides et des protéines. Le ratio idéal est de 3 pour 1. Ainsi, il faut consommer après l’entraînement des aliments fournissant au moins 30 grammes de glucides et un minimum de 5 à 10 grammes de protéines. Certes, selon vos objectifs, les quantités peuvent être plus ou moins élevées.

De plus, les longues randonnées, les sorties de vélo ou de course, le travail mental soutenu, les sorties sociales ou mêmes certaines maladies justifient le fait de consommer des collations.

Près de 80% des Québécois disent manger sous le coup de l’impulsion.
— Hubert Cormier, docteur en nutrition

« J’ai faim » ou « J’ai envie » ?

Il est important de faire la distinction entre « J’ai faim » et « J’ai envie ». L’exemple parfait est une balade en amoureux le weekend au centre-ville. Vous passez devant la vitrine d’une nouvelle boulangerie, l’endroit branché dont parlait le journal la semaine dernière. Déjà, en voyant la photo accompagnant l’article, vous vous étiez fait une opinion favorable du commerce en découvrant ses gâteaux, brioches, éclairs et macarons. Lorsque vous vous retrouvez enfin devant la pâtisserie, la vitrine alléchante séduit votre regard et l’odeur de chocolat, de caramel et de vanille plane jusqu’à vos narines.

Trois phrases peuvent alors surgir dans votre tête :

« J’ai faim! »
Faim réelle si présence de sensations au niveau de l'estomac.
« J’ai envie de ceci et de cela! »
Faim psychologique en réponse à une émotion.
« Il ne faut pas que je regarde cette vitrine! »
Faim déclenchée par les sens : vue/odorat/toucher.

Il importe alors de faire la distinction entre avoir faim et avoir envie d’un aliment. Bref, soyez à l’écoute de vos signaux internes qui régulent les sensations de faim et de satiété. Près de 80% des Québécois disent manger sous le coup de l’impulsion, principalement parce qu’ils attendent d’avoir trop faim avant de manger (49 %), mais aussi par habitude (32 %) ou par ennui (28 %). De plus, les personnes qui collationnent le font en moyenne deux fois par jour, dont 22 % consomment jusqu’à 3 collations quotidiennement.

Certains aussi préféreront prendre de plus petits repas combinés avec des collations fréquentes. Il n’y a pas de normes établies et les deux modes d’alimentation peuvent très bien être adaptés, en autant que la majorité des collations proviennent d’aliments sains et non du groupe des aliments plaisir qui ne devraient être consommés qu’occasionnellement. La compagnie KIND a récemment lancé de nouveaux produits sur le marché : les nouvelles barres KIND Minis. Elles répondent à tous les critères qu’on recherche dans une collation santé : bon goût, 4 grammes de protéines/portion, format pratique et facile à glisser dans un sac, saveurs variées et ingrédients de qualité 100 % naturels. Cela peut s’avérer un bon choix pour satisfaire la faim lorsque notre ventre crie famine!

De plus, nous avons tous des préférences particulières quand vient le temps de collationner. Cela est dû à des préférences alimentaires innées ou acquises au fil du temps. Huit caractéristiques peuvent décrire les collations. Je vous invite à découvrir votre code du collationneur et à voir les collations qui y sont rattaché. Pour y arriver, je vous invite à répondre à ces quatre questions :

Êtes-vous plus :

croquant (1) ou tendre (2)

salé (3) ou sucré (4)

sec (5) ou humide (6)

santé (7) ou gourmand (8)

Maintenant, vous obtenez une combinaison de 4 chiffres qui vous aidera à choisir la collation parfaite pour vous, selon votre envie du moment. Pour alterner entre collations santé et collations gourmandes, il suffit de changer le dernier chiffre du code.

Type de collationneurs
Quel est votre type de collation profil collationneur

Vous aimez ce que vous avez lu? Abonnez-vous à l’infolettre pour être sûr de ne jamais rien manquer!

*Ce blogue est commandité par KIND. Toutefois, toutes les opinions exprimées sont les miennes et non celles du partenaire commercial.


Vous aimerez aussi

5 trucs pour réduire sa consommation de boissons gazeuses

5 trucs pour réduire sa consommation de boissons gazeuses

Critique littéraire : Des fleurs dans votre assiette

Critique littéraire : Des fleurs dans votre assiette